Les cliniciens 2020-2021


Léa EUDES : Diplômée de la bi-licence Droit-Économie de l'Université Paris Nanterre, j'ai intégré le DU Clinique Juridique pour effectuer une césure avant de poursuivre mes études en master. La Clinique, au-delà de l'aspect professionnalisant, me permet de participer activement à l'accès au droit pour tous en France, et donne un véritable sens à ma formation.


Özlem MERIC : Étudiante en droit, j'ai choisi d'intégrer la clinique juridique car fournir un accès au droit au plus grand nombre est la raison première de ma vocation dans ce domaine. 


Nawal TAOUAGH : Avocate et ancienne juriste à la base navale en Algérie, diplômée des universités françaises, d'un Master en Droit privé et sciences criminelles et d'un Master en philosophie analyse politique, juridique et sociale. "C'est une véritable opportunité de venir en aide, de faire connaître les droits, faire taire l'injustice et faire face à l'inégalité. C'est une chance d'adhérer à la clinique juridique ! "


Abderrahmen HARICHANE : Etudiant en Master de droit notarial, j'ai choisi d'intégrer la Clinique Juridique de Paris 8 afin de me rendre utile aux justiciables en difficulté, en leur permettant de bénéficier gratuitement d'une information juridique confidentielle, sous le contrôle d'avocats et d'enseignants. 


Mehmet POLAT: Etudiant en master 1 justice procès et procédure à Paris 8 j'ai également rejoins la clinique juridique afin de promouvoir un accès au droit au plus grand nombre de personnes et de pouvoir les aider en mettant mes connaissances en pratique.


Gwenaëlle SIMON : Actuellement étudiante dans le DU clinique juridique. "A la suite de l'obtention de ma licence en droit privé, j'ai choisi la clinique car je voulais continuer le droit mais aussi pouvoir venir en aide, de manière juridique, aux personnes dans le besoin. La clinique juridique m'a permis d'allier les deux." 


Thamarati AHAMADA : Titulaire d'une licence en droit des affaires obtenue au Maroc et actuellement en DU clinique juridique à Paris8. Passionnée par le droit, mon but est d'aider les personnes vulnérables. La clinique juridique est pour moi un moyen de m'investir et de travailler sur différents aspects du droit. Pour moi, l'accès au droit pour tous est primordial. C'est un véritable honneur pour moi de rejoindre l'équipe de Cliniciens.


Anaïs DIRANT : Etudiante en 3ème année de Droit, j'ai choisis la clinique car l'ayant déjà fait l'année dernière, j'ai pu apprendre comment faire des documents d'analyse, répondre et satisfaire le justiciable. Cette expérience a enrichi ma connaissance juridique. Cette année, j'ai décidé de poursuivre en m'inscrivant au DU clinique juridique ce qui me permet d'apprendre plus de choses et plus rapidement.


Céline PORCQ : Titulaire d'un Master en droit public et d'un Master 1 droit international et européen. J'ai choisi de faire ce DU afin d'élargir mes connaissances juridiques et d'apporter une aide juridique dans un contexte professionnel. Je suis très engagée dans le secteur associatif, notamment dans le droit des étrangers et je souhaite professionnaliser mes activités. 


Arlette BONDO MODEDE : Etudiante en DU clinique juridique, j'ai choisi cette formation pour son aspect pratique avec les permanences en maison de justice et surtout le traitement des dossiers de vrais justiciables.


Hugo CORBEL : Etudiant en Licence 2 de Droit à l'université Paris 8. J'ai choisis la clinique juridique car il s'agit d'une expérience humaine incroyable, qu'en plus de cela, elle m'apporterait une certaine expérience en terme d'accueil et de gestion d'entretien avec des justiciables. L'intérêt social qu'elle représente est, pour moi, important. Venant des quartiers populaires de Paris, il me tient à cœur de venir en aide aux personnes dans le besoin. C'est en ce sens que les justiciables nous sollicitent et ce pourquoi je me suis engagé !


Vanessa VICHI : Etudiante en M1 Justice, procès et procédures à l'Université de Paris Descartes, j'ai choisi la clinique juridique afin d'avoir une formation pratique des métiers juridiques et parce que cela me permet d'aider des personnes qui sont dans le besoin.

solidarité, humanité et volontariat pour faire vivre le droit